Sclérose Latérale Amyotrophique, Trophos annonce les résultats de son essai

Trophos

Sclérose Latérale Amyotrophique, Trophos annonce les résultats de son essai
dimanche 11 décembre 2011Description

Trophos SA annonce aujourd'hui les résultats de l'étude de phase 3 de l'olesoxime, son principal candidat médicament, sur 512 patients atteints de Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA). L'olesoxime n'a pas montré d'augmentation significative de la survie versus placebo chez des patients traités par riluzole (Rilutek (R)). Un effet a été observé sur la fonction des patients, mesuré par l'échelle de notation fonctionnelle ALSFRS-R. L'olesoxime a par ailleurs été très bien tolérée.

Suite à la réception de ces résultats, Actelion a informé Trophos de sa décision de ne pas exercer son option exclusive d'achat, selon l'accord d'option d'achat signé entre Trophos et Actelion en juillet 2010 (voir communiqué d'Actelion du 13 décembre 2011).

Trophos poursuit ses programmes en cours, et dispose de fonds lui permettant de continuer ses activités au moins jusqu'à fin 2013.

Ses programmes incluent :

- Une étude pivot (en cours) de l'olesoxime dans l'Amyotrophie Spinale (AS) dont les résultats sont attendus pour le second semestre 2013 ;

- Une étude de preuve de concept de phase 2a (en cours) de sa molécule cardioprotectrice TRO40303 sur les lésions d'ischémie-reperfusion cardiaques (IM), dont les résultats sont attendus avant la fin de l'année 2012 ;

- Un projet d'étude de preuve de concept de phase 2 de l'olesoxime dans la progression de la sclérose en plaques (en fonction des financements futurs) ;

- Une collaboration de recherche avec Actelion durant laquelle Trophos crible et caractérise des molécules appartenant à Actelion grâce à sa technologie de tests SNC (système nerveux central) propriétaire.

Dans cette étude de phase 3, l'incapacité de l'olesoxime à montrer de meilleurs résultats que le riluzole sur la survie des patients atteints de SLA s'explique sans doute par le fait que, au moment du diagnostic, la maladie est déjà trop avancée et progresse trop rapidement pour que les effets de l'olesoxime par rapport au riluzole soient détectés. En effet, dans le modèle SLA le plus répandu, plus de 50 pour cent des neurones moteurs et des connexions neuro-musculaires ont déjà été perdus au moment où les premiers symptômes apparaissent. Pour l'Amyotrophie Spinale de type 2 et 3 sur laquelle l'olesoxime est également testée, la progression de la maladie est différente : elle est plus lente, et dure des années. Dans le cas de la sclérose en plaques, la dégénérescence neuronale induite par le développement de la maladie ne survient qu'après l'apparition des symptômes.

« Les résultats de cette étude sur la Sclérose Latérale Amyotrophique sont décevants, surtout pour la communauté des patients atteints d'ALS, qui ont un besoin urgent de nouvelles thérapies pour prolonger leur survie et leurs capacités. Nous sommes profondément fiers d'avoir travaillé avec ce groupe de patients et avec nos partenaires internationaux du projet MitoTarget sur cette étude essentielle, remarquablement bien menée », déclare Damian Marron, Président du Directoire de Trophos. « Nous restons convaincus du potentiel de nos molécules de cholestérol-oxime, modulateurs du pore de la mitochondrie. Nous avons les financements nécessaires pour poursuivre le développement de Trophos au moins jusqu'à fin 2013, et nous pourrons ainsi continuer à travailler sur nos autres programmes, qui répondent à des besoins médicaux dans des maladies orphelines ou de niche, sans aucun traitement à l'heure actuelle. »

Détails de l'essai
Cette étude de 18 mois a été réalisée en groupes parallèles, randomisés, en double-aveugle versus placebo, afin d'évaluer l'efficacité et la tolérance de l'olesoxime versus placebo chez des patients traités par riluzole. Cet essai a été mené sur 512 patients diagnostiqués SLA depuis 6 à 36 mois avant le recrutement et recevant le traitement standard. L'olesoxime a été administrée par voie orale en une dose unique quotidienne de 330 milligrammes.

L'olesoxime n'a pas montré d'effets significatifs sur le critère principal de survie après 18 mois de traitement par rapport au riluzole. Un effet a été observé sur le second critère de mesure ALSFRS-R sur une analyse pré-spécifiée après 9 mois de traitement. L'olesoxime a été très bien tolérée, avec un profil d'effets secondaires similaire à celui du riluzole plus placebo. Les résultats complets seront publiés en temps voulu dans des publications scientifiques et lors de congrès.

Cet essai a eu lieu dans 15 centres en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Belgique et en Espagne, et fait partie de MitoTarget (Convention de subvention n° : HEALTH-F2-2008-223388), un projet collaboratif de 3 ans, pour lequel la Commission Européenne a accordé un budget d'environ 6 millions d'euros.

Trophos annonce la fin du traitement du dernier patient dans l'étude pivot d'efficacité de phase 3 de l'olesoxime dans la Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA ou maladie de Charcot)
Trophos SA annonce aujourd'hui que le dernier patient a terminé son traitement dans l'étude pivot d'efficacité de phase 3 de l'olesoxime dans la Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA).

Plus de 500 patients ont été recrutés dans cette étude et le dernier patient inclus a terminé l'essai le 15 septembre. Le travail d'analyse des résultats est donc maintenant en cours et les premiers résultats sont attendus pour le 4ème trimestre 2011.

Cette étude fait partie de MitoTarget, projet collaboratif européen d'une durée de 3 ans (voir ci-dessous) mené par Trophos et constitué d'un consortium européen d'experts reconnus dans la SLA. Le protocole de l'essai a bénéficié d'une procédure de demande d'avis auprès de l'Agence Européenne du Médicament.

« Nous sommes très heureux que le traitement de plus de 500 patients dans l'étude clinique de l'olesoxime dans la SLA s'achève avec tant de rapidité et d'efficacité. Cela reflète parfaitement la forte motivation et le travail accompli par toutes les personnes impliquées dans ce projet, ainsi que l'engagement des patients, de leurs familles et des équipes médicales sur les sites cliniques », déclare Jean-Louis Abitbol, Directeur Médical de Trophos. « Nous attendons tous avec grand intérêt les résultats de l'étude, qui sont prévus pour la fin de cette année. »

« La SLA est une maladie fatale pour laquelle il y a un besoin crucial de traitements efficaces. Chaque année, on observe plus de décès chez les personnes atteintes de SLA que chez les personnes atteintes de sclérose en plaques. Il est urgent de trouver de nouvelles thérapies pour les patients atteints de SLA afin de prolonger leur survie et d'améliorer leurs fonctions respiratoires et musculaires », ajoute Damian Marron, Président du Directoire de Trophos. « Nous pensons que l'olesoxime pourrait être un nouveau médicament d'une grande utilité pour la communauté SLA, et nous espérons tous qu'un nouveau chapitre s'ouvrira ainsi dans le traitement de cette maladie dévastatrice. »


Conception et critères d'évaluation de l'essai
Cette étude de phase 3, qui a duré 18 mois, a été réalisée en groupes parallèles, randomisés en double-aveugle versus placebo, afin d'évaluer l'efficacité et la tolérance de l'olesoxime chez des patients diagnostiqués SLA depuis 6 à 36 mois, et traités par riluzole. L'olesoxime a été administré par voie orale sous forme de gélules, en une dose unique quotidienne de 330 microgrammes. Tous les patients ont reçu également une dose de 50 microgrammes de riluzole deux fois par jour. Cet essai a eu lieu dans 15 centres en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Belgique et en Espagne.

Le critère principal d'évaluation de l'étude est la survie à 18 mois. Quant aux critères secondaires, ils incluent l'évaluation de l'évolution de la pathologie sur l'échelle ALS-FRS, le temps de ventilation assistée, la capacité vitale lente (mesure de la fonction respiratoire), l'évaluation de la force musculaire par testing manuel et l'évaluation de la qualité de vie. Pendant toute la durée de l'étude, un conseil de surveillance indépendant s'est assuré de la tolérance et de la sécurité d'emploi du produit.

Sponsorisé par Trophos, l'essai a été mené par un consortium d'investigateurs cliniques européens reconnus, qui disposaient tous d'une grande expérience dans les essais cliniques multicentriques dans la SLA.

MitoTarget
L'étude clinique de l'olesoxime fait partie de MitoTarget, projet collaboratif européen d'une durée de 3 ans (accord de subvention santé n° HEALTH-F2-208-223388). La Commission Européenne a attribué 6 millions d'euros de subventions à MitoTarget. Ce projet est réalisé par un consortium pan-européen d'experts mené par Trophos. MitoTarget fait partie du 7e programme-cadre de la Commission Européenne pour la Recherche, le Développement Technologique et les Activités de Démonstration. En complément de l'essai clinique, MitoTarget a pour objectif d'acquérir une plus grande compréhension du rôle de la dysfonction de la mitochondrie dans les maladies neurodégénératives, et d'évaluer le potentiel thérapeutique de la nouvelle classe de composés de Trophos, modulateurs du pore de la mitochondrie, dans ces mêmes maladies (voir communiqué du 18 décembre 2008).

Désignation de médicament orphelin et produit médical orphelin
L'olesoxime de Trophos a obtenu deux désignations, celle de « médicament orphelin » par la FDA (Food & Drug Administration) américaine, et celle de « produit médical orphelin » par la Commission Européenne pour le traitement de la SLA et de l'AS (Amyotrophie Spinale).


Trophos obtient un brevet aux Etats-Unis qui protège l'utilisation de sa nouvelle molécule cardioprotectrice, le TRO40303
Trophos SA annonce aujourd'hui que l'Office américain des brevets (USPTO) vient de lui délivrer un brevet pour l'utilisation en cytoprotection de sa molécule, TRO40303, un nouveau modulateur du pore de transition de la mitochondrie. Le brevet assure la protection du TRO40303 dans cette utilisation afin de réduire les lésions d'ischémie-reperfusion cardiaques.


Ces lésions sont un facteur significatif dans la morbidité et la mortalité après un infarctus du myocarde (IM).

Le brevet américain, enregistré sous le n° 7,985,774, s'intitule « Utilisations de dérivés du 3,5-seco-4-nor-cholestane pour l'obtention d'un médicament cytoprotecteur. » Il couvre notamment les indications cardiovasculaires, y compris la principale indication en développement clinique dans la réduction des lésions d'ischémie-reperfusion cardiaques.

Le brevet couvre également l'utilisation du TRO40303 et de ses dérivés dans le traitement de toute une série de maladies dégénératives non neurologiques caractérisées par la mort pathologique des cellules, et/ou la dysfonction des cellules conduisant à la mort cellulaire.

Ces dysfonctionnements cellulaires peuvent, par exemple, avoir des origines mitochondriales telles que la réduction de la capacité à générer de l'ATP, l'incapacité de capturer et/ou de retenir le calcium, ou la production de radicaux libres.

« Le délivrance de ce brevet clé aux Etats-Unis par l'USPTO est une étape importante pour Trophos. Le TRO40303 entrera très prochainement dans une étude de phase II de preuve du concept dans le traitement des lésions d'ischémie-reperfusion cardiaques (IRI) sur des patients atteints d'IM sévère.

Cette étude clinique de Phase 2 sera réalisée dans le cadre de MitoCare, un projet international de médecine translationnelle financé par l'Union européenne et dirigé par Trophos, » déclare Damian Marron, Président du Directoire de Trophos. « Le potentiel du TRO40303 dans les maladies dégénératives a été découvert avec la plateforme de criblage innovante développée par Trophos. Le TRO40303 a ensuite été caractérisé et développé par nos équipes de recherche en collaboration avec des experts externes de premier plan. »

Il devient urgent de trouver un traitement pour prévenir à l'échelle mondiale des lésions d'ischémie-reperfusion cardiaques. Ces lésions constituent un problème majeur dans les soins apportés aux patients atteints d'IM, et ce malgré une amélioration globale des pronostics au cours des dernières années. Aucun traitement n'existe actuellement pour soigner cette affection qui contribue à la morbidité à long terme, à la progression vers l'insuffisance cardiaque et à la mortalité après un infarctus du myocarde.

Le rôle de transition de perméabilité mitochondriale dans ces lésions d'ischémie-reperfusion a été validé récemment dans une étude clinique. Avec ce contexte et les besoins urgents en traitement, le TRO40303, nouveau modulateur du pore de transition de la mitochondrie de Trophos découvert et développé dans ses laboratoires, dispose d'une grande opportunité pour cibler ce mécanisme.

Près d'1,6 million de procédures de reperfusion cardiaques sont pratiquées chaque année dans les hôpitaux et les cliniques spécialisées en Europe et en Amérique du Nord.

L'étude de Phase 2 de preuve de concept du TRO40303 sera pilotée par Trophos et réalisée dans le cadre du projet MitoCare financé par l'UE (cf ci-après).

MitoCare est conduit par un consortium d'investigateurs européens renommés ayant tous une grande expérience des essais cliniques multicentriques d'envergure dans les lésions d'ischémie-reperfusion cardiaques.

L'investigateur principal de l'étude sera le Professeur Dan Atar de l'Hôpital Universitaire d'Oslo en Norvège. Cette étude de Phase 2 de preuve de concept sera réalisée versus placebo chez des patients ayant bénéficié d'une angioplastie coronaire (ou angioplastie au ballonnet) suite à un infarctus du myocarde aigu. Le TRO40303 sera administré en une fois par voie intraveineuse juste avant la reperfusion lors de l'angioplastie.

MitoCare est un projet international de médecine translationnelle de 2 ans et demi, financé par l'Union européenne à hauteur de 6 millions d'euros. Avec des débuts en janvier 2011 (voir communiqué de presse du 14 décembre 2010), MitoCare est conduit par un consortium de 16 partenaires européens et piloté par Trophos.

MitoCare fait partie du 7e programme-cadre de la Commission européenne pour des actions de recherche et de développement (FP7). MitoCare permettra d'étudier l'efficacité et la sécurité thérapeutique du TRO40303 dans une étude de Phase 2 de preuve du concept pour le traitement des lésions d'ischémie-reperfusion cardiaques chez des patients atteints d'un infarctus du myocarde aigu. Ce projet permettra également de développer des connaissances sur les biomarqueurs et sur les modèles de lésions d'ischémie-reperfusion cardiaques.

Recherches associées à Biotechnologie rouge

Devis groupés (0)