Nouvelles données cliniques d'évaluation de l'ISTODAX® lors d'une étude de référence ouverte de phase II portant sur des patients atteints de lymphome à cellule T périphérique (PTCL)

InfoWeb Marketplace

 Nouvelles données cliniques d'évaluation de l'ISTODAX® lors d'une étude de référence ouverte de phase II portant sur des patients atteints de lymphome à cellule T périphérique (PTCL)
lundi 6 décembre 2010Description
Celgene International Sàrl (Nasdaq:CELG) a annoncé aujourd'hui que les résultats d'une étude de référence ouverte de phase II, internationale et multicentrique sur le romidepsine (ISTODAX®) dans les cas de rechute ou de progression de PTCL suite à une thérapie systémique préalable, ont été présentés lors du 52 e congrès annuel de la Société américaine d'hématologie.

Dans cette étude, les patients présentant un PTCL histopathologiquement confirmé, en rechute ou réfractaires après la thérapie systémique préalable, ont été traités par 14 mg/m2 de ISTODAX administré par voie intraveineuse toutes les quatre heures à J1, 8 et 15 sur un cycle de 28 jours et ce pendant six cycles. Le traitement pourrait être prolongé dans les cas de réaction ou de stabilisation de la maladie.

Sur les 130 patients étudiés et présentant un PTCL histopathologiquement confirmé, le taux de réponse global a été de 26% (34/130), selon l'évaluation réalisée par un Comité d'examen indépendant (IRC - Independent Review Committee) sur la base des critères de réponse de l'Atelier International. Treize pour cent (17/130) des patients ont atteint une réponse complète - le point final primaire de l'étude - et également 13% (17/130) a atteint une réponse partielle.

La durée de réponse moyenne pour l'ensemble des patients qui ont réagi a été de 12 mois (entre 1 à plus de 801 jours). La durée de réponse moyenne pour les patients qui ont atteint une réponse complète n'a pas été obtenue (durée moyenne du suivi : 8,2 mois), et 82% (14/17) des patients présentant une réponse complète n'ont pas progressé par rapport à la synthèse des résultats de l'évaluation IRC (31 mars 2010).

Dans l'étude, les toxicités associées à l'ISTODAX® ont été les suivantes : 96,2% (126/131) des patients évaluables pour les fins de l'analyse de la sécurité ont subi au moins un événement indésirable suite au traitement, les événements indésirables de classe 3 ou supérieur les plus courants survenus étant la thrombocytopénie (24% 31/131), la neutropénie (20% 26/131), les infections (17% 22/131) et l'anémie (10% 13/131).

La Romidepsine (ISTODAX) n'est pas homologuée dans le traitement d'une rechute ou de PTCL progressif.

À propos de l'ISTODAX

L'ISTODAX® (romidepsine) fait partie d'une nouvelle classe de médicaments contre le cancer connus sous le nom d'inhibiteurs d'histones désacétylases (HDAC). Les HDAC catalysent le retrait de groupements acétyle des résidus lysine acétylases dans les histones, entraînant une modulation de l'expression du gène. Les HDAC provoquent également la désacétylation des protéines non-histones, tels que des facteurs de transcription.

Les inhibiteurs HDAC peuvent se classer en quatre grandes catégories : tetrapeptides cycliques (I), acides gras à chaîne courte (II), acides hydroxamiques (III) et benzamides (IV). La structure peptide cyclique de l'ISTODAX est une nouveauté parmi les tétrapeptides cycliques. In vitro, l'ISTODAX provoque l'accumulation d'histones acétylases ainsi que l'arrêt du cycle cellulaire et l'apoptose cellulaire de certaines cellules cancérigènes. Pour de plus amples informations sur les prescriptions, consulter le site www.ISTODAX.com.

L'ISTODAX est homologué aux États-Unis pour le traitement des lymphomes T cutanés (CTCL) chez des patients qui ont déjà suivi au moins une thérapie systémique.

Informations importantes en matière de sécurité

L'ISTODAX est indiqué pour le traitement des lymphomes T cutanés (CTCL) chez des patients qui ont déjà suivi au moins une thérapie systémique.

Avertissements et précautions

En raison du risque de prolongation du QT, les doses de potassium et de magnésium doivent respecter les limites normales avant d'administrer l'ISTODAX.

Un traitement à base d'ISTODAX peut provoquer thrombocytopénie, leukopénie (neutropénie et lymphopénie) et anémie ; par conséquent, ces paramètres hématologiques doivent être surveillés durant le traitement à l'ISTODAX et il est conseillé de modifier la dose, si nécessaire.

Suite au traitement, plusieurs changements dans la morphologie des ECG, y compris des changements dans l'onde T et le segment ST, ont été observés dans les études cliniques.

La signification clinique de ces changements est inconnue. Chez les patients ayant un syndrome QT long congénital, ceux présentant un fort risque de maladie cardiovasculaire et les patients prenant un traitement contre l'arythmie ou des médicaments dont l'effet entraîne une prolongation de l'intervalle QT, des mesures de surveillance cardiovasculaire appropriées, telles que la surveillance des électrolytes et des ECG, doivent être prises en compte.

Selon la façon dont il agit, l'ISTODAX peut présenter un risque pour le fœtus. Il est conseillé aux femmes d'éviter de tomber enceintes pendant la période de traitement au ISTODAX et celles qui sont enceintes doivent être informées du danger potentiel concernant le fœtus.

L'ISTODAX s'attache aux récepteurs des œstrogènes. Les femmes en âge d'avoir des enfants doivent être informées que l'ISTODAX est susceptible de diminuer l'efficacité des contraceptifs contenant des œstrogènes.

Effets indésirables

Lors de deux essais cliniques, des données de sécurité ont été mises à disposition et évaluées auprès de 185 patients souffrant de CTCL. Les effets indésirables sont présentés séparément pour chaque étude en raison des différences méthodologiques entre ces études. Les effets indésirables les plus courants observés dans l'étude 1 furent la nausée (56%), la fatigue (53%), les infections (46%), les vomissements (34%) et l'anorexie (23%) et dans l'étude 2, la nausée (86%), la fatigue (77%), l'anémie (72%), la thrombocytopénie (65%), des changements dans l'onde T des ECG (63%), la neutropénie (57%) et la lymphopénie (57%). La plupart des effets indésirables observés étaient de sévérité légère à modérée. La plupart des décès intervenus dans les études étaient dus à une évolution de la maladie. Une interruption due à un effet indésirable s'est produite chez 21% des patients concernés par l'étude 1 et 11% de ceux concernés par l'étude 2. Les effets indésirables graves observés chez > 2% des patients concernés par l'étude 1 furent l'infection, le sepsis et la pyrexie. Dans l'étude 2, les effets indésirables graves observés chez > 2% des patients furent l'infection, l'arythmie supraventriculaire, la neutropénie, la fatigue, l'œdème, l'infection de la ligne centrale, l'arythmie ventriculaire, la nausée, la pyrexie, la leucopénie et la thrombocytopénie.

Interactions médicamenteuses

Le taux de prothrombine (TP) et le rapport normalisé international (INR) doivent être surveillés attentivement chez les patients à qui il est administré en parallèle de l'ISTODAX et des dérivés de coumadine.

L'administration conjointe d'inhibiteurs puissants du CYP3A4 peut augmenter les concentrations d'ISTODAX et doit être évitée.

L'administration conjointe d'inducteurs puissants du CYP3A4 peut diminuer les concentrations d'ISTODAX et doit être évitée.

Il faut être prudent si l'ISTODAX est administré avec d'autres médicaments qui inhibent la glycoprotéine P.

Utilisation parmi des catégories de patients spécifiques

Les patients souffrant de troubles hépatiques modérés et graves ou d'une insuffisance rénale en phase terminale doivent être traités avec prudence.

À propos du PTCL

Le lymphome à cellule T périphérique est un terme qui englobe différentes malignités à cellule T, celles-ci représentant environ 10 à 15% de l'ensemble des cas de lymphome non hodgkinien.

Un PTCL peut se produire à tout âge, entre l'entrée dans l'âge adulte jusqu'à un âge avancé, et il est légèrement plus courant chez les hommes que chez les femmes. C'est une forme de lymphome particulièrement agressive avec une espérance de vie en général de courte durée (environ deux ans) dès qu'il est diagnostiqué.

À propos de Celgene International Sàrl

Celgene International Sàrl, située à Boudry, dans le Canton de Neuchâtel, en Suisse, est une filiale à part entière et le siège international de Celgene Corporation.

Celgene Corporation, dont le siège se trouve à Summit, dans le New Jersey, est une société pharmaceutique internationale intégrée spécialisée dans la découverte, le développement et la commercialisation de traitements novateurs de lutte contre le cancer et les maladies inflammatoires au moyen de la régulation génique et protéinique.



Recherches associées à Biotechnologie blanche

Devis groupés (0)