L'étude de phase III évaluant le traitement au REVLIMID® chez des patients présentant des risques élevés de myélome multiple couvant a indiqué une réduction statistiquement significative du

InfoWeb Marketplace

 L'étude de phase III évaluant le traitement au REVLIMID® chez des patients présentant des risques élevés de myélome multiple couvant a indiqué une réduction statistiquement significative du
lundi 6 décembre 2010Description
Celgene International Sàrl (NASDAQ : CELG) a annoncé que les données relatives à l'évaluation d'une polythérapie au REVLIMID® (lénalidomide) et à la dexaméthasone chez des patients présentant des risques élevés de myélome multiple couvant asymptomatique ont été présentées lors du congrès annuel de l'American Society of Hematology. L'étude a indiqué que REVLIMID et la dexaméthasone ont retardé le temps jusqu'à progression de la maladie.

L'étude de phase III multicentrique, randomisée, ouverte a évalué si un traitement précoce au REVLIMID et à la dexaméthasone chez des patients présentant des risques élevés de myélome multiple couvant asymptomatique retardait l'évolution en maladie symptomatique par rapport à des patients observés, n'ayant pas suivi ce traitement.

Les patients ont été traités au REVLIMID (25 mg par jour pendant 21 jours sur un cycle de 28 jours) et à la dexaméthasone (20 mg les quatre premiers jours, puis les jours 12 à 15 sur un cycle de 28 jours) pendant neuf cycles de quatre semaines, puis en traitement ininterrompu avec une dose réduite de REVLIMID (10 mg par jour pendant 21 jours sur un cycle de 28 jours) jusqu'à progression.

Les résultats indiquent un taux de réponse globale de 75 % (43 patients sur 57), 51 % (29 patients sur 57) étant parvenus à une réponse partielle (RP), 12 % (7 patients sur 57) à une très bonne réponse partielle (TBRP), 5 % (3 patients sur 57) à une réponse complète (RC) et 7 % (4 patients sur 57) à une réponse complète stricte (RCs).

Parmi les patients ayant complété les neuf cycles de traitement initial, le taux de réponse globale était de 91 % (30 patients sur 33), 15 % (5 patients sur 33) étant parvenus à une TBRP, 9 % (3 patients sur 33) à une RC et 9 % (3 patients sur 33) à une RCs. Chez les patients qui ont ensuite reçu un traitement ininterrompu à la lénalidomide, le taux de RCs a augmenté à 16 % (5 patients sur 32).

À la suite d'un suivi médian de 16 mois, la progression de la maladie a été observée chez 3 % des patients (4 sur 118) traités au REVLIMID et à la dexaméthasone, tandis que 18 % des patients (21 sur 118) ont progressé vers un myélome actif dans le bras d'observation. Onze patients sur les 21 observés ont aussi développé des lésions osseuses liées au myélome actif.

Le temps médian jusqu'au myélome symptomatique était de 25 mois chez les patients du bras d'observation et n'a pas encore été atteint par les patients ayant reçu du REVLIMID et de la dexaméthasone (P

Recherches associées à Biotechnologie blanche

Devis groupés (0)