Hybrigenics atteint la dose maximale de l'inécalcitol

Hybrigenics

Hybrigenics atteint la dose maximale de l'inécalcitol
mercredi 19 mai 2010Description

Hybrigenics (ALHYG), société biopharmaceutique cotée sur Alternext (NYSE-Euronext) à Paris, focalisée dans la recherche et le développement de nouveaux médicaments contre le cancer et spécialisée dans les interactions entre protéines, annonce aujourd'hui avoir atteint à 4 milligrammes la dose maximale tolérée de l'inécalcitol chez les patients souffrant de cancer de la prostate au stade hormono-résistant.

La tolérance clinique à des expositions fréquentes et élevées d'inécalcitol s'est révélée excellente, ce qui permet d'envisager d'autres indications thérapeutiques telles que le stade précoce hormono-dépendant du cancer de la prostate ou le psoriasis sévère.

Tous les patients traités à 4 milligrammes une fois par jour ont bien toléré cette posologie en association avec la chimiothérapie de référence à base de Taxotere(R) toutes les trois semaines.

Certains patients ont même toléré la posologie de 4 milligrammes deux fois par jour. A ce niveau de dose, les taux sanguins circulants d'inécalcitol ont atteint des concentrations qui ont démontré des effets anti-prolifératifs sur des lignées de cellules cancéreuses en culture in vitro, sans induire d'hypercalcémie. L'excellente tolérance clinique de l'inécalcitol ouvre la perspective d'évaluer son potentiel thérapeutique dans le stade précoce hormono-dépendant du cancer de la prostate, mais aussi dans le psoriasis sévère.

En effet, plusieurs analogues de la vitamine D sont déjà commercialisés avec succès pour le traitement du psoriasis léger à modéré, mais uniquement sous forme de traitements locaux en crèmes ou pommades en raison de leur potentiel hypercalcémiant par voie orale.

En revanche, les patients souffrant de psoriasis sévère, encore appelé psoriasis étendu car touchant une grande partie de la surface corporelle, ne peuvent pas être traités uniquement avec des préparations locales pour des raisons pratiques. Actuellement, ces patients reçoivent des injections d'agents thérapeutiques ciblant le facteur de nécrose tumorale (TNF alpha ou tumor necrosis factor alpha), ce qui représente un marché de 2,4 milliards de dollars par an.

L'inécalcitol pourrait donc atteindre toutes les lésions psoriatiques en même temps par circulation systémique après administration orale et exercer sur elles les effets bénéfiques de la vitamine D sans risque d'hypercalcémie.

Cette hypothèse sous-tend le projet de développer l'inécalcitol dans le psoriasis sévère, en plus du cancer de la prostate dans ses deux stades, hormono-dépendant et hormono-résistant.


Hybrigenics a déposé une demande de brevet protégeant jusqu'en 2030 des formulations orales innovantes optimisées pour l'inécalcitol à fortes doses
Hybrigenics (ALHYG), groupe biopharmaceutique spécialisé dans la recherche et le développement de nouveaux médicaments contre le cancer et doté d'une filiale à 100 pour cent consacrée aux services spécialisés dans les interactions entre protéines, annonce ce jour le dépôt d'une demande de brevet couvrant de nouvelles capsules molles, des comprimés ou des solutions buvables optimisés, pour la délivrance de fortes doses d'inécalcitol.

Cette optimisation pharmaceutique fait suite à la démonstration de la sécurité d'emploi et à la présomption d'efficacité de fortes doses d'inécalcitol (jusqu'à 4 milligrammes par jour) dans une étude clinique de Phase IIa chez des patients atteints de cancer de la prostate hormono-réfractaire. En comparaison, les analogues de vitamine D déjà sur le marché dans d'autres indications sont prescrits à des doses de l'ordre du microgramme. La meilleure tolérance de l'inécalcitol permet donc de traiter les malades à des doses mille fois plus élevées. Cette posologie supérieure a nécessité l'amélioration des formulations orales de l'inécalcitol.

Tous les analogues de vitamine D microdosés sont actuellement commercialisés sous forme de solution huileuse dans des capsules molles. L'inécalcitol a également été formulé jusqu'à présent dans des capsules molles contenant des concentrations et des volumes de plus en plus élevés, jusqu'à un dosage unitaire de 1 mg au maximum. Les patients traités à la dose maximale tolérée de 4 mg par jour devaient donc avaler quatre capsules de taille relativement importante.

Les nouvelles capsules sont plus petites et plus concentrées en inécalcitol : elles contiennent une quantité fixe de 2 mg. Il sera désormais plus commode pour les patients d'avaler un maximum de deux petites capsules, ce qui favorisera l'observance.

Encore plus commode et moins chère à fabriquer, la forme sèche solide en comprimés représente une innovation radicale pour un analogue de vitamine D. L'inécalcitol vient d'être formulé avec succès en comprimés de 2 mg. De plus, ces comprimés sont sécables, ce qui offre la possibilité d'ajuster la posologie d'inécalcitol de 1 mg en 1 mg. Enfin, des solutions buvables d'inécalcitol dans un excipient liquide approprié peuvent permettre une proportionnalité totale entre la dose et le poids corporel, par exemple pour des indications pédiatriques éventuelles.

Les études de stabilité pharmaceutique et de biodisponibilité chez des volontaires sains sont en cours actuellement. L'objectif est de commencer les études cliniques de Phase IIb d'efficacité thérapeutique dans le cancer de la prostate et dans le psoriasis étendu avec une formulation orale d'inécalcitol optimisée et déjà adaptée à une commercialisation future.

« Nous avons beaucoup travaillé pour réduire la taille des capsules et pour réussir à mettre au point des comprimés, à l'encontre de toutes les habitudes. Au-delà de l'effet thérapeutique, le confort d'utilisation pour le patient est en effet un critère important d'adhésion au traitement, » commente Rémi Delansorne, Directeur général d'Hybrigenics. « Les nouvelles formulations sont plus petites, moins chères et plus faciles d'emploi. De plus, nous pensons qu'elles sont nouvelles et inventives pour un analogue de vitamine D tel que l'inécalcitol, ce qui ouvre potentiellement la voie à une protection industrielle par brevet jusqu'en 2030. »

Recherches associées à Biotechnologie rouge

Devis groupés (0)