Etude comparative de Gilead

InfoWeb Marketplace

Etude comparative de Gilead
vendredi 18 juin 2010Description
L'étude comparative de Gilead portant sur Cayston® versus la solution pour inhalation à base de tobramycine chez les patients atteints de mucoviscidose a satisfait au critère d'évaluation d'efficacité co-primaire de non infériorité.

Gilead Sciences, Inc. a annoncé aujourd'hui que son essai clinique comparatif de Phase III portant sur Cayston®(aztréonam en solution pour inhalation) versus la solution pour inhalation à base de tobramycine (TIS) chez des patients atteints de mucoviscidose avec infection de type Pseudomonas aeruginosa (P. aeruginosa) avait satisfait à un de ses critères d'évaluation co-primaires de non infériorité en termes de variation moyenne du pourcentage de volume expiratoire maximal par seconde (VEM1) prédit après 28 jours de traitement.

Les patients recevant Cayston ont présenté une augmentation moyenne du pourcentage de VEM1 prédit par rapport aux valeurs initiales au jour 28 de 8,35 % comparé à 0,55 % chez les patients recevant la TIS, ce qui répond à la définition statistique de supériorité. Les résultats d'innocuité ont été similaires dans les deux bras de l'étude, avec une moindre incidence de toux chez les patients recevant Cayston. Ces données ont été présentées aujourd'hui lors d'une session orale de dernière minute à la 33ème Conférence européenne sur la mucoviscidose (ECFC) à Valence, en Espagne.

« Étant donné la nature chronique de l'infection pseudomonale et le potentiel de résistance antibiotique, il est important que les patients atteints de mucoviscidose disposent de multiples options de traitement »

.Dans cette étude, 268 patients ont été randomisés pour recevoir Cayston ou la TIS pendant une période de traitement de 24 semaines. Environ 85 % des patients de l'étude avaient reçu au moins trois séries de tobramycine par inhalation au cours des 12 mois précédant la randomisation. Les résultats des six derniers mois de l'étude seront présentés dans le cadre d'une conférence scientifique vers la fin de l'année.

« Le traitement antibiotique inhalé est devenu le traitement recommandé pour l'infection pseudomonale chronique chez les personnes souffrant de mucoviscidose », a déclaré Tacjana Pressler, MD, DSc, du Centre sur la mucoviscidose de Copenhague basé à l'hôpital universitaire national de Copenhague (Danemark). « Avec l'émergence de nouvelles options de traitement antibiotique inhalé tels que Cayston, il est important de disposer de données d'essais cliniques comparant différentes méthodes de traitement. Les résultats de cette étude suggèrent que Cayston pourrait constituer une avance importante en matière de traitement anti-pseudomonal pour les patients atteints de mucoviscidose ».

Cayston a été approuvé par la U.S. Food and Drug Administration (FDA) en février 2010 et par l'Australian Therapeutic Goods Administration (TGA) en janvier 2010. Cayston a obtenu des autorisations de commercialisation conditionnelles dans l'Union européenne (UE) et au Canada en septembre 2009. Ces approbations conditionnelles dépendent des résultats de cette étude de Phase III. Gilead projette de commencer à soumettre les données de cette étude aux agences réglementaires vers la fin de l'année.

« Étant donné la nature chronique de l'infection pseudomonale et le potentiel de résistance antibiotique, il est important que les patients atteints de mucoviscidose disposent de multiples options de traitement », a commenté Norbert W. Bischofberger, PhD, vice- président directeur en recherche et développement, et conseiller scientifique en chef de Gilead. « Cette étude comparative, ainsi que les autres programmes en cours de réalisation tels que notre étude de Phase IIIb en cours chez des patients atteints de mucoviscidose avec infection de type Burkholderia cepacia, souligne l'engagement de Gilead envers le développement de nouveaux traitements pour la mucoviscidose et d'autres maladies respiratoires graves constituant un besoin médical non satisfait significatif ».

À propos de l'étude 205-0110

L'étude 205-0110 est une étude ouverte, multicentrique, randomisée, en groupe parallèle, conçue pour évaluer l'innocuité et l'efficacité comparatives de Cayston et de la TIS chez des patients adultes et pédiatriques atteints de mucoviscidose avec infection de type P. aeruginosa. Parmi les 273 patients adultes et enfants inscrits dans des sites de recherche à travers l'Europe et les États-Unis, 268 patients ont été randomisés pour recevoir des traitements intermittents, à répétition de 28 jours pour Cayston (n=136) ou la TIS (n=132) sur une période de traitement de 24 semaines.

Les critères d'évaluation co-primaires étaient la non infériorité de Cayston en termes de variation moyenne du pourcentage de VEM1 prédit au jour 28 par rapport aux valeurs initiales, et la supériorité de Cayston en termes de variation moyenne du pourcentage moyen VEM1 prédit sur trois cycles de traitement (six mois).

L'âge moyen des patients de l'étude était de 25,5 ans, et 59 patients (22 %) avaient moins de 18 ans. Au début de l'étude, le pourcentage moyen de VEM1 prédit était de 52,3 % pour le groupe Cayston et de 52,2 % pour le groupe TIS. Les scores moyens de symptômes respiratoires, tels qu'évalués par le Questionnaire sur la mucoviscidose - Révisé (CFQ-R), un outil d'autosurveillance par le patient qui mesure la qualité de vie liée à la santé des patients atteints de mucoviscidose, étaient de 62,9 et de 58,0 pour les groupes Cayston et TIS, respectivement, au début de l'étude. Au total 115 et 113 patients des groupes Cayston et TIS, respectivement, avaient suivi au moins trois traitements avec la tobramycine pour inhalation au cours des 12 mois précédant la randomisation.

Les patients recevant Cayston ont présenté une augmentation moyenne du pourcentage de VEM1 prédit de 8,35 % au jour 28 comparé à 0,55 % par rapport aux valeurs initiales pour ceux qui avaient reçu la TIS, une différence de traitement de 7,8 % (p=0,0001 ; 95 % CI : 3,86, 11,73). Les variations moyennes du score de symptômes respiratoires CFQ-R par rapport aux valeurs initiales au jour 28 étaient de 8,02 pour Cayston et de 2,49 pour la TIS, une différence de traitement de 5,53 (p=0,005 ; 95 % CI : 1,65, 9,41). Les différences de traitement entre Cayston et la TIS en VEM1 et sur l'échelle des symptômes respiratoires CFQ-R étaient supérieures dans la sous-population de patients qui avaient reçu au moins trois séries de tobramycine pour inhalation au cours des 12 mois précédant la randomisation.

Les effets indésirables les plus fréquemment signalés au cours des 28 jours de traitement avec Cayston ou la TIS, respectivement, ont été la toux (24 % vs. 35 %), la toux productive (10 % vs. 18 %), la pharyngite (7 % vs. 5 %), l'hémoptysie (crachements de sang ou de crachats sanguinolents, 5 % vs. 6 %) et les râles (sons crépitants émis par les poumons pendant l'inhalation, 4 % vs. 8 %).

À propos de la mucoviscidose

La mucoviscidose est une maladie chronique débilitante qui touche les systèmes respiratoires et digestifs d'environ 70 000 personnes dans le monde. L'infection chronique de l'appareil respiratoire par P. aeruginosa contribue au déclin de la fonction pulmonaire, lequel est souvent associé à la morbidité et à la mortalité des patients atteints de mucoviscidose.

À propos de Cayston

Cayston (aztréonam en solution pour inhalation) 75 mg est un antibiotique inhalé destiné aux patients atteints de mucoviscidose avec infection de type P. aeruginosa. L'aztréonam exerce une activité in vitro puissante contre les pathogènes respiratoires gram-négatifs dont P. aeruginosa. Cayston contient de l'aztréonam préparé avec de la lysine, une préparation exclusive de l'aztréonam développée spécifiquement pour l'inhalation. L'aztréonam préparé avec l'arginine a été approuvé précédemment par la FDA pour une administration intraveineuse.

Cayston est administré trois fois par jour pendant 28 jours, suivi d'au moins 28 jours sans traitement avec Cayston. Les patients doivent utiliser un bronchodilatateur avant l'administration de Cayston. Cayston est administré pour inhalation et doit être utilisé exclusivement avec le système de nébulisation Altera®, un dispositif d'administration portable, spécifique au médicament, utilisant la plateforme technologique eFlow®, développée par PARI Pharma GmbH. PARI Pharma a également contribué au développement de la formule médicamenteuse de Cayston pour une administration avec le système de nébulisation Altera.

Dans l'UE, Cayston se présente sous forme d'aztréonam lysine 75 mg en poudre pour nébulisation et ne peut être utilisé qu'avec le système de nébulisation Altera ou l'Altera Nebuliser Handset (y compris la tête d'aérosol Altera) connecté à un contrôleur universel eFlow Technology (par ex., contrôleur eBase ou unité de contrôle eFlow®rapid). Pour obtenir des informations posologiques complètes sur Cayston dans l'UE, veuillez consulter le Résumé européen des caractéristiques du produit (RCP).

À propos du système de nébulisation Altera et de la technologie eFlow

Cayston est administré par inhalation au moyen du système de nébulisation Altera, un dispositif d'inhalation spécifiquement optimisé pour être utilisé avec Cayston. Cayston doit être administré exclusivement avec le système de nébulisation Altera. Cayston ne doit pas être mélangé avec d'autres médicaments dans le dispositif de nébulisation Altera.

Les systèmes de nébulisation Altera sont conformes aux spécifications du système de nébulisation eFlow personnalisé utilisé exclusivement dans tous les essais cliniques Cayston. Altera est un système de nébulisation spécifique au médicament et son mode d'emploi spécifie qu'il doit être exclusivement utilisé avec Cayston. Altera n'est pas un nébuliseur ultrasonique et n'est pas un nébuliseur générateur d'aérosol électronique polyvalent. Aucun médicament autre que Cayston ne doit être utilisé dans le système de nébulisation Altera.

Le système de nébulisation Altera utilise la technologie eFlow pour permettre l'aérosolisation de médicament via une membrane perforée vibrante qui comporte des milliers de petits trous produisant la brumisation aérosol. Le système de nébulisation Altera et la technologie eFlow sont exclusifs à PARI Pharma.

Informations posologiques importantes aux États-Unis

Cayston est approuvé comme traitement pour améliorer les symptômes respiratoires des patients atteints de mucoviscidose avec une infection de type P. aeruginosa. L'innocuité et l'efficacité de Cayston n'ont pas été établies chez les patients pédiatriques âgés de moins de 7 ans, les patients dont le VEM1 est inférieur de 25 % ou supérieur de 75 % au VEM1 prédit, ou les patients colonisés par Burkholderia cepacia.

En vue de réduire le développement de bactéries pharmacorésistantes et de maintenir l'efficacité de Cayston et d'autres médicaments antibactériens, Cayston est réservé exclusivement au traitement de patients atteints de mucoviscidose et dont la présence de P. aeruginosa dans les poumons a été confirmée.

Cayston est contre-indiqué pour les patients présentant une allergie connue à l'aztréonam.

Des réactions allergiques graves ont été signalées suite à l'administration de l'aztréonam pour injection à des patients sans antécédents connus d'exposition à l'aztréonam. En outre, une réaction allergique avec érythème facial, gonflement facial et oppression de la gorge a été signalée avec Cayston dans des essais cliniques. En cas de réaction allergique avec Cayston, cesser l'administration de Cayston et commencer un traitement approprié.

Il est recommandé d'administrer Cayston avec prudence aux patients qui ont des antécédents d'allergie aux bêta-lactamines, bien que des patients souffrant de ce type d'allergie aient reçu Cayston dans des essais cliniques sans qu'aucune réaction allergique sévère n'ait été signalée. Des antécédents d'allergie aux antibiotiques bêta-lactamines tels que les pénicillines, céphalosporines, et/ou carbapenems peuvent constituer un facteur de risque car une réactivité croisée pourrait se produire.

Le bronchospasme est une complication associée à un traitement nébulisé, y compris Cayston. Une réduction de 15 % ou plus du VEM1 immédiatement après l'administration du médicament de l'étude après un traitement préalable avec un bronchodilatateur a été observée chez 3 % des patients traités avec Cayston.

Dans des essais cliniques, des patients présentant des augmentations de VEM1 au cours d'une administration de Cayston sur 28 jours ont parfois été traités pour des exacerbations pulmonaires quand le VEM1 avait baissé après la période de traitement. Les prestataires de soins de santé doivent considérer le VEM1 de base d'un patient mesuré avant un traitement avec Cayston et la présence d'autres symptômes pour évaluer si les changements post-traitement de VEM1 sont causés ou non par une exacerbation pulmonaire.

La prescription de Cayston en l'absence d'une infection connue par P. aeruginosa chez les patients atteints de mucoviscidose a peu de chance d'être bénéfique et augmente le risque de développer des bactéries pharmacorésistantes.

Les effets indésirables signalés chez plus de 5 % des patients traités avec Cayston comparé au placebo, respectivement, dans des études de phase III ont été la toux (54 % contre 51 %), la congestion nasale (16 % contre 12 %), le sifflement (16 % contre 10 %), la douleur pharyngolaryngée (12 % contre 11 %), la pyrexie (13 % contre 6 %), le malaise pulmonaire (8 % contre 6 %), la douleur abdominale (7 % contre 5 %) et les vomissements (6 % contre 4 %).

À propos de Gilead Sciences

Gilead Sciences est une société biopharmaceutique qui découvre, met au point et commercialise des produits thérapeutiques innovants dans des secteurs où les besoins en médecine restent sans réponse. La mission de la société est de faire progresser, dans le monde entier, les soins chez les patients atteints d'affections mettant leur vie en danger. La société Gilead, dont le siège est installé à Foster City, en Californie, est présente en Amérique du Nord, en Europe et en Australie.

Énoncés prospectifs

Ce communiqué de presse contient des énoncés prospectifs, au sens de la loi « Private Securities Litigation Reform Act » de 1995, et qui sont soumis à des risques, incertitudes et autres facteurs, notamment le risque lié à la capacité de Gilead de soumettre les données de l'étude clinique aux autorités réglementaires dans les délais anticipés actuellement.

Le risque existe également que les résultats de l'étude clinique s'avèrent inadéquats pour soutenir l'approbation réglementaire complète de Cayston dans les juridictions où une autorisation de commercialisation conditionnelle a été accordée, telles que l'Union européenne et le Canada. Ces risques, incertitudes et autres facteurs pourraient entraîner une différence significative entre les résultats réels et les résultats visés dans ces énoncés prospectifs. Le lecteur est avisé de ne pas se fier outre mesure aux présents énoncés prospectifs.

Ces risques ainsi que d'autres sont décrits en détail dans le rapport trimestriel de Gilead sur Formulaire 10-Q pour le trimestre clos le 31 mars 2010. Gilead revendique la protection des règles refuge prévues par la loi « Private Securities Litigation Reform Act » de 1995 en ce qui concerne les énoncés prospectifs. Tous les énoncés prospectifs reposent sur des informations dont Gilead dispose actuellement, et Gilead rejette toute obligation d'actualiser un quelconque de ces énoncés prospectifs.



Recherches associées à Biotechnologie blanche

Devis groupés (0)