Cytheris

InfoWeb Marketplace

Cytheris
mardi 16 mars 2010Description
Cytheris annonce la publication dans le Journal of Immunology d'une étude préclinique montrant que dans le sepsis, l'Interleukine-7 améliore la viabilité, le trafic et la fonctionnalité des lymphocytes T, tout en augmentant le taux de survie

Cette étude montre que, dans la septicémie, l'IL-7 bloque la diminution des lymphocytes CD4 et CD8 et augmente leur recrutement, ce qui prévient l'immunodépression consécutive au sepsis et aboutit à un meilleur taux de survie

Cytheris SA, société biopharmaceutique spécialisée dans l'immuno-modulation, annonce aujourd'hui la publication de données issues d'une étude préclinique dans un modèle animal pertinent de septicémie qui montre qu'un traitement à base d'Interleukine-7 humaine recombinante permet non seulement de restaurer le trafic et les fonctionnalités des lymphocytes T, mais aussi d'améliorer le taux de survie.

La septicémie, une infection grave et généralisée souvent mortelle, constitue la principale cause de décès dans la plupart des unités de soins intensifs des pays développés. Aux Etats-Unis, la septicémie concerne environ 750 000 personnes par an, et aboutit au décès de plus de 220 000 personnes chaque année.

Cette étude vient fortement renforcer l'idée que plus qu'une réponse inflammatoire incontrôlée, la septicémie résulte plutôt d'une forte diminution des cellules effectrices de l'immunité induite par apoptose. Ceci explique pourquoi de nombreux essais cliniques dans la septicémie utilisant des agents qui bloquent la cascade inflammatoire ont échoué, conduisant les investigateurs à se demander si le décès des patients résultait réellement d'une inflammation incontrôlée.

Trois séries d'autopsies menées sur des patients décédés de septicémie sont venues confirmer les conclusions tirées des modèles animaux en montrant une disparition massive des lymphocytes T et B et des cellules dendritiques.

« Grâce à cette étude, l'IL-7 se positionne comme une thérapie particulièrement intéressante dans cette indication. En effet, elle s'attaque aux principaux processus pathophysiologiques qui, d'après les connaissances actuelles, font de la septicémie une maladie mortelle, » indique le Dr. Richard S. Hotchkiss, du département d'anesthésiologie de la faculté de médecine de l'Université de Washington, et investigateur principal de l'étude.

« En particulier, l'IL-7 bloque la diminution des CD4 et des CD8, favorise leur recrutement et prévient la perte d'immunité comme le prouve la préservation de la réaction d'hypersensibilité retardée. Simultanément, l'IL-7 n'exacerbe pas la réponse pro-inflammatoire et globalement elle augmente ainsi le taux de survie. »

En démontrant que le traitement par IL-7 inverse le déficit immunitaire fondamental engendré par la septicémie, cette étude montre la pertinence de traiter d'autres patients chez qui la lymphopénie constitue un symptôme critique. Selon l'article fondateur de JM Brenchley (2006)1, au cours de l'infection par le VIH, comme pendant la septicémie, les taux de produits microbiens et de cytokines inflammatoires augmentent dans le sang à cause d'une altération de la barrière intestinale.

En dehors des lésions directement causées par le virus, la maladie déclenche une activation immunitaire systémique qui engendre un dysfonctionnement des lymphocytes T. Ce dysfonctionnement aboutit à l'apoptose et accompagne le déclin marqué du nombre de lymphocytes T CD4 dans l'infection par le VIH.

Cet argument plaide en faveur de stratégies thérapeutiques visant à réparer les dégâts subis par la muqueuse intestinale, prévenir la translocation des microbes vers le sang et l'hyper-activation du système immunitaire dans le traitement de l'infection par le VIH comme dans la septicémie.

« Dans leur plaidoyer pour l'usage de l'IL-7 dans le traitement de la septicémie, J. Usinger et al mettent en avant les mêmes mécanismes pathogènes clés qui engendrent l'activation des lymphocytes T chez les patients infectés par le VIH, traités par HAART et non-répondeurs immunologiques (INR), patients qui participent actuellement à nos essais cliniques de l'IL-7, » indique Michel Morre, Président Directeur Général de Cytheris.

« Ce mécanisme est directement lié au mini-sepsis persistant observé chez les patients VIH non-répondeurs immunologiques dont la muqueuse intestinale est déplétée en lymphocytes T. Le fait que l'IL-7 permette non seulement de repeupler la muqueuse, mais aussi de bloquer le modèle de septicémie massive aiguë, comme le montre l'étude du Journal of Immunology, explique pourquoi ce produit peut jouer un rôle thérapeutique crucial dans cette sous-population spécifique de patients VIH. »

Recherches associées à Biotechnologie blanche

Devis groupés (0)